dimanche 1 février 2009

"La plus grande ruse du Diable"

Qu'on ne me dise pas qu'on écrit pour soi. Juste pour soi. On écrit pour être lu. Pour partager des émotions. Pour raconter des histoires au plus grand nombre. Faire peur et faire rêver.
Le corollaire de cette "ambition", c'est de trouver des débouchés. Des publications.
En France, les nouvelles ne sont guère prisées et les magazines et fanzines peu nombreux.
J'ai découvert le fanzine "Reflets d'Ombre" au hasard de mes errances sur le Web. Je leur ai proposé un texte. Ils l'ont accepté.
Il s'agit d'un fanzine de littérature gothique, un peu trop premier degré à mon goût (La Mort, la Douleur et tout ça...) Pas trop ma tasse de thé.
Ma nouvelle "La plus grande ruse du diable", justement, est plutôt deuxième degré. Le point de départ m'en a été donné par mon fils (8 ans à l'époque). Nous habitions en Martinique. Un jour, il est entré dans mon bureau alors que j'écrivais et m'a demandé : "Papa, c'est quoi le numéro du Diable ?".
Il ne m'en fallait pas plus pour commencer mon histoire.
Ce texte a également été retenu pour une anthologie canadienne à paraître.
On peut le lire directement sur le site de la revue http://www.litterature-fantastique.info/sommaire-12.html
Désolé mais je n'ai pas pu télécharger la couverture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire