lundi 2 février 2009

"Le disciple"

Je vous ai déjà parlé de ma recherche de débouchés.
En fait, c’est à cause de l’absence de ceux-ci que je me suis mis au roman. J’en avais marre d’envoyer des récits à des revues qui ne répondent jamais. Certes les passionnés qui s’en occupent sont souvent des bénévoles, mais la plus extrême des courtoisies serait d’accuser réception d’un texte et puis de répondre aux auteurs. Même s’il s’agit d’un refus.
Il y a des spécialistes pour ça. On a beau leur envoyer de gentils courriels de relance, rien ! Nada !
J’aurais certainement l’occasion de vous en reparler et de donner des noms (Si ! Si !)
Et puis il y a ceux qui vous prennent une nouvelle et qui ne la publient jamais.
Phénix Mag, a retenu une de mes nouvelles autrefois (à paraître je l’espère un de ces jours chez Outre-Monde), elle n’est jamais sortie.
Auteur en quête de publications, je leur ai envoyé un autre récit, pour un appel à textes « Spécial chutes ».
Celle-là, il l’ont publié illico. Faut dire qu’elle ne tient pas beaucoup de place.
Il s’agit d’un clin d’œil à Alfred Elton Van Vogt et à la logique non-aristotélicienne. Ceux qui n’ont pas lu le Monde des A et ses suites (désolé il faudrait une petite vague sur le A), risquent de ne pas comprendre.
Tiens cadeau : je vous la livre ci-après !

Le disciple


Robert Gaillard était un fan absolu d’Alfred Elton Van Vogt qu’il considérait comme le plus grand écrivain de science-fiction de tous les temps.
Par-dessus tout, il vénérait son cycle du non-A grâce auquel il avait découvert la logique non-aristotélicienne et l’œuvre d’Alfred Korzysbski, le fondateur de la Sémantique Générale.
Il en était aussitôt devenu un disciple inconditionnel et, pour l’édification de ses interlocuteurs, avait l’habitude d’émailler ses propos de citations du Maître telles que : « Les mots ne sont pas les choses qu’ils représentent », « L’identification est un facteur sémantique trompeur », ou mieux encore « La sanité nous impose de connaître et d’évaluer le monde qui nous environne afin de nous y ajuster de façon satisfaisante ».
Il mourut bêtement en traversant une rue, alors que le feu tricolore était pourtant au rouge.
Lui qui avait coutume de dire « Dans l’intérêt de la raison, souvenez-vous que la carte n’est pas le territoire », aurait aussi dû se rappeler que les feux de circulation ne sont pas la circulation.
Fin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire