mercredi 4 février 2009

Sortir ou écrire, il faut choisir !

Que de travail accompli pour publier ces quelques nouvelles ! Des heures et des heures passées devant, sur, dessous, dedans mon ordinateur. Le week-end, le plus souvent.
Que d’invitations refusées au motif que je devais écrire le lendemain. Que d’incompréhension dans les regards des proches et des amis. « Pour ce que ça te rapporte ! »
Financièrement ? Rien, c’est clair. Mais le bonheur d’une première publication ça ne s’échange pas ! Pour rien au monde.
Bien sûr c’est du narcissisme, mais il en faut pour persévérer. Sinon, on va taper dans la balle le dimanche entre amis.
J’ai rien contre taper dans la balle, mais il faut faire des choix. Sortir ou écrire. J’ai mis trop longtemps à me décider. A repousser au lendemain ce que je devais faire le jour même.
« Plus tard ! », c’était mon leitmotiv. « J’ai le temps ! »
Tu parles !
Et puis essayez d’écrire avec la gueule de bois, vous verrez ! Des poèmes peut-être, en écriture automatique, mais pas un récit bien structuré. Pas un bon polar ou une histoire qui fait peur !
Et puis même si la soirée n’est pas trop arrosée, une bonne nuit de sommeil est indispensable pour avoir les idées claires le matin. Sans idées claires, impossible de trouver le chemin de ce foutu Grand Fonds des Histoires Non Encore Ecrites. Impossible de mettre la main dessus.
Et ça me met d’une humeur…
Merci à ma femme pour m’avoir supporté ces cinq dernières années (surtout ces cinq dernières années !).
Quant à mon fils, j’espère qu’il comprendra un jour.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire