lundi 7 septembre 2009

Tarzan au musée !!

Encore un week-end écoulé et une nouvelle semaine qui débute.
C’est fou comme le temps passe, non ?
« Si peu fait, tant à faire ! » c’est ce qu’aurait dit sur son lit de mort Cécil J Rhodes le fondateur de la Rodhésie (merci Wikipédia !).
C’est aussi ce que je me dis chaque fin de week-end.
Pourtant, celui-ci a été plutôt riche et bien rempli. Au programme : travaux d’écriture variés, cinéma et exposition.
S’agissant d’un blog littéraire (c’est écrit en haut de la page !), je me vois mal vous commenter mes dernières sorties cinématographiques. Pourtant, je ferais là une petite exception en vous invitant vivement à aller voir, si ce n’est déjà fait, « Numéro 9 » de Shane Acker. Voilà un film d’animation qui change agréablement des bluettes de Pixar, Disney, ou autres Age de Glace # 28 et Shrek # 36. Si vous aimez les univers troubles et inquiétants, si vous en avez marre des couleurs criardes ( Oh, la belle rouge ! Oh, le beau vert !), ce film est pour vous !

Un fan du Tarzan d’Edgar Rice Burroughs comme moi, ne pouvait passer à côté de l’exposition qui lui est consacrée au musée des arts premiers du Quai Branly. Tarzan au musée ! C’est presque un rêve de gosse qui se réalise. La culture populaire, la sous culture des pulps magazines, tant décriée, s’affiche dorénavant dans le métro, Burne Hogarth au dessin ! On lui consacre même une expo !
Alors cette exposition ?
Eh bien, force est de reconnaître que je suis déçu.
Les fans de Burroughs le seront nécessairement, car cet auteur qui a inspiré les plus grands écrivains de science-fiction et de Fantasy est curieusement absent. Son personnage le plus connu, l’a vampirisé une fois de plus ! Quant à Tarzan lui même… l’expo nous offre en réalité un kaléidoscope du personnage : des extraits de films de différentes époques par ici, des planches originales et des bédés par là, des jouets, des cartes à jouer, des livres, des photos, quelques objets africains, une reproduction de King Kong ( ? !)…. Tout ça sans réel fil conducteur.
Reste les superbes planches originales de Hal Foster et Burne Hogarth et de quelques autres. Quel plaisir de voir en vrai les dessins et illustrations qui ont bercé mon enfance !

Restons dans le domaine de la bédé. Une succession de hasards (merci Internet !) m’a récemment permis d’entrer en contact avec un éditeur de bédés. De fil en aiguille, j’en suis venu à lui parler d’un scénario sur les croisades que j’avais écrit en 2008. Fort gentiment, il m’a proposé de le lui soumettre. Mon dimanche a donc été consacré à d’ultimes corrections avant de lui envoyer le volume 1 de ma trilogie intitulée « la Croisade des Gueux ».
Je vous tiendrai bien évidemment au courant du sort qui sera réservé à cet essai. Mais ne rêvons pas…

Il ne saurait y avoir pour moi de bons WE, sans un minimum de production littéraire.
Cette fois encore, c’est un rêve qui m’a inspiré. Un cauchemar plus exactement. Dans lequel des représentants de l’autorité – en l’occurrence, l’armée - outrepassaient leurs droits.
Et oui, que faire, comment réagir, lorsque ceux qui sont censés vous protéger deviennent des menaces ?
Je me suis éveillé empreint d’un profond sentiment d’impuissance et de malaise.
C’est cette atmosphère oppressante que j’ai aussitôt utilisée dans le cadre de mon récit.
Comme m’a dit mon fils un peu plus tard avec malice : « En fait, papa, tu n’as fait que copier ! »

2 commentaires:

  1. J'ai été plutôt déçu par l'expo aussi : Tarzan au musée des arts premiers. Je suis impatient de lire le catalogue par contre.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour le lien !
    J'ai feuilleté le catalogue, hésité à l'acheter, mais comme j'ai le Tarzan de Francis Lacassin, je me suis abstenu.
    Remarque : La librairie propose les trois tomes du tarzan de Buscema et Thomas à 28 euros. Ne les achetez pas ! Ils sont à 12 euros chez Boulinier Bd Saint-Michel!

    RépondreSupprimer