vendredi 19 mars 2010

Un processus de sélection compliqué.

Je viens d'avoir en ligne mon éditeur, au sujet de mon recueil de nouvelles.
Tiède le gars... Très tiède.

Bref rappel pour ceux qui n'auraient pas suivi :

1) 3 octobre 2009, j'adresse mon projet de recueil de nouvelles aux NA. L'éditeur m'assure d'une réponde rapide.
2) 28 décembre 2009, le manuscrit est transmis aux membres du comité de lecture des NA
3) 12 février 2010, leurs commentaires sont disponibles
4) 13 février 2010, j'entame les corrections et les échanges
5) 5 mars 2010, je transmets la nouvelle mouture
6) 19 mars 2010, entretien avec l'éditeur.

Il ressort de cet entretien qu'un nouveau processus d'examen est nécessaire. Un autre comité de lecture devrait donc être sollicité, pour s'assurer de la pertinence d'une publication.

En effet, les recueil de nouvelles se vendent beaucoup moins bien que les romans et deux options sont envisageables (trois, si on compte le refus) : une mise en place réduite chez les libraires (pas de grandes surfaces) ou une sortie technique (livre disponible exclusivement sur commande et via les librairies électroniques).

Délais de réponse ? Cf. supra !

25 commentaires:

  1. Aïe ! pas cool du tout ! Je croise les doigts pour que le nouveau jury soit plus enthousiaste !

    RépondreSupprimer
  2. Mince alors!
    Je n'en reviens pas! Que de temps à attendre! Faut- il alors renoncer à un recueil et se tourner uniquement vers le roman pour avoir la certitude que vous soyiez publié avec la promotion appropriée? Je ne pense pas. Je trouve tout cela très injuste!
    J'ai l'impression peutêtre fausse que l'éditeur vous abandonne un peu. Il vous a découvert et après basta.
    Là, je suis vraiment hyper déçue!

    MY

    RépondreSupprimer
  3. Vos remarques MY sont tout à fait pertinentes.

    RépondreSupprimer
  4. Il ne s'agit-là pas que du seul jury mon ami... L'éditeur a également son mot à dire sur la rentabilité de l'ouvrage.

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir,

    Je rejoins MY sur sa réflexion. Je suis réellement déçu par "une certaine façon de faire".
    Aujourd'hui encore, à la banque, nous avons parlé de vous et mes collègues vont acheter votre livre des "fantômes".
    Je suis abasourdi par la nouvelle. Je vais me servir un verre de bourbon. La déception sera plus digérable!
    Mais surtout, n'abandonnez pas. Tenez bon.

    Xavier

    RépondreSupprimer
  6. Je viens de rentrer du travail et j'ai vu la tête de mon mari.
    J'ai également une sensation étrange; mélange de déception, de compassion et d'impuissance.
    Que vous dire, sinon vous réaffirmer notre soutien et notre admiration.

    Sandrine MALLET

    RépondreSupprimer
  7. Moi je tourne au Rhum ce soir !
    Ti Punch. Ca fait du bien là où ça fait mal !
    Rien n'est perdu, encore même si mon enthousiasme est douché !
    Je savais qu'un recueil de nouvelles serait difficile à vendre. Mais j'espérais que dans la foulée du prix FA, ça passerait...
    L'objectif de toute entreprise commerciale est de vendre, d'être rentable. Les prix, avec leurs beaux bandeaux rouges ne sont fait que pour ça.
    Le livre reste un produit...
    A la votre !

    RépondreSupprimer
  8. Le téléphone sonne chez les crouzet's fans...
    Je n'ai pas de mots pour exprimer ma révolte.
    Je vais également me faire un Cuba libre.
    Courage!

    Sylvie Gouzien

    RépondreSupprimer
  9. Je suis perplexe.
    Dans ce monde du consumable, on prend et jette.
    Arrivé en final, être l'élu parmi tant d'écrivain et...je ne comprends pas.Ce n'est pas rien tout de même!
    Je suis révolté.

    Joel

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir,

    Que pouvons nous faire?
    Que devons nous faire pour ne pas vous perdre?

    Vous êtes un excellent écrivain.

    Jean pierre

    RépondreSupprimer
  11. Effarant voilà le mot! Non L'aventure continue, bon sang de bonsoir!
    Tenez nous informé de la suite et gardez le moral.

    Christin

    RépondreSupprimer
  12. Samedi. 6h30 et pas même la gueule de bois! Du bon usage du Ti Punch ou de l'accoutumance, allez savoir ?
    Bien sûr que je garde le moral.
    L'erreur quand on est publié serait de croire qu'on est arrivé, que tout sera dorénavant plus facile. Fatale erreur !
    On peut attendre beaucoup de choses d'un éditeur (écoute, conseils, réactivité, franchise...) mais pas un chèque en blanc sur votre prochaine production.
    Le recueil n'est pas encore refusé. Et s'il ne sort pas cette fois, il sortira plus tard... d'une façon ou d'une autre. Ici ou ailleurs.
    En attendant, il faut continuer d'avancer avec la même flamme, la même passion.
    J'ai un roman en cours...
    Vous croyez peut-être que je me suis levé aux aurores pour le plaisir ?

    RépondreSupprimer
  13. Nous partons en week end dans les cévennes et pensons tous à vous!

    Bon week end et merci de nous donner à tous une belle leçon de courage et d'humilité!

    Xavier et sandrine

    RépondreSupprimer
  14. Jacqueline Dumas21 mars 2010 à 14:55

    Rien n'est perdu, vous n'êtes pas marié avec les Na dont le comportement laisse vraiment à désirer. Il existe dieu merci d'autres maisons d'édition (de olar ou non) qui accepteront votre recueil.
    Bon courage. A moi aussi il en faut car je viens d'être recalée pour Fa.

    RépondreSupprimer
  15. Non, rien n'est perdu !
    Bon courage à vous aussi !

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,
    On n'a pas arrêté de parler de vous, même au fin fond des cévennes, ce week-end. Je suis bouleversée de savoir tout cela. Pourtant, les nouvelles que j'ai lues sur votre blog, sont excellentes! Je ne comprends pas et je ne suis pas la seule. J'avais offert votre dernier roman au Principal. Il a ADORE! Il m'a convoqué jeudi pour en discuter (demain c'est grêve et pas seulement pour les écoles primaires...) Merci de continuer.

    Aline (crouzet's friend)

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Yves daniel,

    Je suis heureuse de savoir que vous restez combatif jusqu'au bout!Ca ne m'étonne pas de notre écrivain héros! Joel est dégoûté,et pas que lui, c'est vrai quoi ! Etre arrivé aux prix suprême NA Femmes actuelles, ce n'est pas rien! Elu parmi les élus tout de même!Jacqueline a raison mais en même temps, j'ai survolé les blogs et vous êtes "tenu" par un contrat avec les NA sur la couverture, les oeuvres pendant un bon bout de temps quand même! Et le temps c'est...Moi, j'attends la réponse d'Aline. Si le Principal vous fait venir pour une dédicace, ce serait génial!!!!!

    Nous pensons à vous!
    MY

    RépondreSupprimer
  18. Aline convoquée chez le principal ! Ouah, ça rappelle de mauvais souvenirs ça !
    Bon, d'un autre côté, comme il a adoré le livre que vous lui avez offert, ça devrait bien se passer !
    Je vous déconseille par contre vivement de lui offrir mon recueil de nouvelles quand il sortira (si ! si !) et encore plus de le faire lire aux enfants, parce que là vous aurez de gros problèmes avec le rectorat et les parents !

    RépondreSupprimer
  19. Chère My,
    Bien sûr que je reste combatif ! Ecrire est un combat, contre soi-même d'abord, contre la foule des grincheux ensuite et parfois contre les éditeurs.
    Un contrat me lie en effet aux NA, mais c'est assez normal après le "coup de pouce" donné à des auteurs débutants. Il faut bien rentabiliser...
    Je travaille sur mon prochain roman.
    Le secret est là je crois : travailler et ne pas attendre une hypothétique réponse favorable.
    J'ai aussi un nouveau projet de bédé en cours, dont j'aimerai bien vous montrer quelques dessins.
    Ca viendra je l'espère...

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour,

    Pas d'inquiétude Yves Daniel. Les lycéens peuvent très bien étudier les "Fantômes du Panassa". Par contre les nouvelles, ce sera pour un public averti! Même si ces chers têtes blondes ont dû voir pire dans les médias...

    A bientôt.Continuez à travailler et oublier l'attente, non productive et frustrante.

    Aline

    RépondreSupprimer
  21. Salut YDC,
    L'autre souci est que ton recueil de nouvelles arrive à un moment où il va falloir vendre les nouveaux prix VSD et FA. L'éditeur ne craindrait-t-il pas que le recueil se noie au milieu des bests-sellers programmés ?... J'ai un peu l'impression qu'une nouvelle vague rase la précédente. Ils sont bénéfiques ces concours, mais je crois qu'ils peuvent aussi être cruels...
    Bon courage à toi et tu as raison, continue d'écrire, c'est une excellente façon pour ne pas attendre ! :)
    Ciao

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour cher monsieur,

    J'ai lu votre livre et je suis fort étonné. C'est bien plus qu'un policier. Je désire savoir si vous seriez disponible fin mai 2010 (la date restant à déterminer) pour une matinée de "mini conférence" auprès des élèves qui auront à étudier, d'ici là, 2 pages photocopiées de votre dernier ouvrage( pour des raisons légales auprès du rectorat).Bien entendu, votre déplacement et vos frais seront pris en charge. Cependant, je vous serai gré de nous informer sur le côut de votre intervention de la matinée et sur mon obligation ou non-obligation d'en informer votre éditeur, ceci afin que je prenne les dispositions nécessaires.Je vous remercie d'avance.

    Bien cordialement

    JL Archer (Avignon)

    RépondreSupprimer
  23. Ps: j'ai beau chercher, j'ignore comment vous envoyer un message privé. Ceci par un souci de confidentialité. J'ai un compte google, cependant, cela ne marche pas.Pouvez vous m'informer sur la démarche à suivre?

    RépondreSupprimer
  24. Désolé pour la réponse groupée, mais tous vos messages me parviennent aujourd'hui 1er avril !
    Je croirais presque à une blague !

    A FXC : heureux de te revoir. Excellente analyse que vient corroborer mon message de ce jour. Mes posts servent aussi à ça : informer les suivants !

    A Aline : merci pour votre soutien indéfectible. On dirait que le proviseur vous a écouté !

    A monsieur le proviseur : Une rencontre avec les élèves me ferait infiniment plaisir. Il faut qu'on en parle. Si vous le voulez bien laissez-moi un post avec votre Tel et/ou courriel perso (ou prof). Je ne le publierai pas et vous contacterai.

    A cher anonyme : cf : message ci-dessus.

    Merci à tous, je pensais que vous m'aviez oublié !

    RépondreSupprimer
  25. Bonsoir Aline,

    Je ne publie pas votre message pour ne pas faire apparaître l'adresse mel de Marie.
    J'ai pris contact avec elle.

    Je suis avec vous et votre groupe d'amis dans l'épreuve que vous traversez.

    RépondreSupprimer